Blogue TV5

La vie en Slam

Slam  “manifestif

Première série de capsules diffusées dans le cadre du FONDS TV5 : La vie en Slam, réalisée par Julien Fréchette et produite par David Pieropan.

Finie, la chanson engagée? Le Slam a beau être difficile à définir, cette forme d’art oratoire émergente se pratique avec engagement, sans indifférence. Environnement, éthique, racisme, amour et haine:  les “poètes-slammeurs” maîtrisent les mots  leur musique pour nous faire réfléchir. Les artiste slammeurs s’approprient le pouvoir de la langue pour exprimer des réalités dérangeantes, en y apportant toujours une morale qui fait beaucoup plus dans le jeu de mot que dans la dite morale.

C’est en portant un regard d’abord curieux sur un art encore nouveau au Québec que les Julien Fréchette et David Pieropan ont eu le piqûre: “la première fois que j’ai vu un spectacle de Slam, c’était à Lavaltrie. Un ami m’a amené, et j’ai été intrigué par cette nouvelle façon de faire du spectacle. C’était nouveau, différent. À la fois du théâtre, de la poésie, de la chanson, un mélange difficile à définir en un mot”, explique simplement Julien. “Pendant un peu plus d’un an, on s’est mis à suivre les slammeurs et à assister à plusieurs de leurs spectacles”, poursuit David.

Si le Slam est encore émergent au Québec, il est difficile de ne pas penser qu’il plonge sesr racines dans la culture hip-hop qui, avec ses airs à la fois festifs et revendicatifs. La notion de compétition, présente dans le SLAM, n’est pas sans rappeler celle des hip hop battle

 

“Slam : Spoken word beat?”

Selon Grand Corps Malade , slammeur français qui appartenait au premier collectif de Slam en France, “il existe autant de définitions du Slam qu’il y a de slammeurs”. Grand Corps est probablement un icône et un important importateur du Slam au Québec, où il s’est fait connaître en même temps que son art en 2006. Or, bien avant son apparition au Québec, cette forme de joute oratoire avait déjà pris naissance aux États-Unis.

 Ouvrier dans le bâtiment, Marc Smith accompagne un soir sa petite amie dans un atelier de déclamation de poésie. D’emblée, le manque d’énergie le frappe, ainsi que la quasi indifférence des poètes vis à vis de leur public. Il imagine alors l’organisation d’un tournoi de poésie, qu’il organise au Get Me High Lounge à Chicago, en 1884. C’est le point de départ du succès mondial du slam. n 1987, toujoure à Chicago, le Green Mill devient le point de rencontre Slam à Chicago.

 « Marc Smith n’aura eu qu’à modifier le concept de départ pratiqué par les poètes-beat. Il aura relancé la prise de parole poétique sur la place publique et à l’échelle planétaire. Il incombe désormais à chacun d’avoir les mots pour se dire !”, selon l’analyse de Lucien Francoeur.

One Commentaire

  1. kahina
    Posted 26 mai 2010 at 13h09 HE | Permalien

    slt tt le monde j ve vraiment fair ta conaissance davide je ta dore

Déposer un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera jamais transmise. Les informations obligatoires sont signalées par une *

*
*